• Mais malheureusement pour lui, Chad aurait dû prendre d'avantage de précautions car un membre de l'équipe le surprit après seulement quelques minutes, et contre toute attente, il semblait ravi de l‘apercevoir...

     

    hostingpics.net

     

    « Tiens, dit-il, je ne savais qu'on avait déjà envoyé quelqu'un dans le coin. Donc je pense qu'on t'a expliqué : tu sors les caisses de derrière le décor et je viendrai les réceptionner plus tard, ok? »

    Chad n'avait pas eu le temps de répondre que ce parfait inconnu était déjà parti, en le laissant planté là. Le grand blond fit aussitôt demi-tour et tenta de rattraper son interlocuteur.

    « Hé attends, euh... Tu veux que je fasse quoi, mec? »

    Mais c'était peine perdue : l'homme avait disparu de la circulation.

    « Débarrasser toutes les caisses? Non mais il craqué ou quoi? S'exclama Chad pour lui-même. Il y en a un paquet et elles doivent peser une tonne! Je rêve, ce n'est pas vrai... »

     

    hostingpics.net

     

    Et pendant qu'il pestait, il remarqua un nouvel employé à quelques mètres de lui qui était simplement en train de bidouiller un gros micro fixé au bout d'une perche. L'homme lui tournait le dos mais Chad pouvait déjà constater qu'il avait une allure très particulière : la peau sombre, de longues dreadlocks, un jean usé et une chemise blanche basique surmontée d'un surpull sans manches... Mais qu'importe : puisque ce type n'avait pas l'air harassé par la tâche, il allait venir l'aider.

    « Hé mec, ça ne te dirait pas de me donner un coup de main? »

    A croire que c'était une tradition dans ce studio, Chad ne reçut aucune réponse de son interlocuteur. Celui-ci ne se retourna même pas.

    « Hé Bob Marley, je te parle! Insista Chad. Tu viens m'aider oui ou non? »

    La personne passablement énervée se retourna enfin, mais Chad comprit aussitôt qu'il avait fait une énorme erreur : sous ce pull épais, il pouvait deviner l'existence d'un bonnet C.

     

    hostingpics.net

     

    « J'espère que ce n'est pas à moi que tu parles, lui dit la personne en face de lui qui était bel et bien une femme étant donné sa voix aiguë. Non mais pour qui est-ce que tu te prends? »

    Quelqu'un de normalement constitué aurait vite fait de s'excuser après un tel affront fait à une créature féminine. Chad, lui, partit dans un fou-rire nerveux qui s'étendit à d'autres techniciens qui avait assisté à cette scène.

    « Oh mince! Bob, c'est toi? Qu'est-ce qu'il t'est arrivé mon gars? » Demanda-t-il entre deux éclats de rire.

    La jeune métisse souffla, exaspéré d'être tombé sur un nigaud pareil, et choisit de le laisser se couvrir de ridicule seul. Mais celui-ci ne l'entendit pas de cette oreille et entreprit de poursuivre la pauvre fille à travers tout le studio.

    « Hé attends-moi! Bob! »

     


    votre commentaire
  • En attendant, Milo était toujours aux côtés de Jerry Henson qui écrivait quelques notes, avachi sur une table. Le jeune homme ne savait pas du tout à quoi s'attendre; il essayait de temps à autre de jeter un coup d'œil par-dessus l'épaule de l'assistant, mais l'obscurité de la pièce l'empêchait de distinguer ce qui était indiqué sur la feuille. Quand Jerry la lui remit entre les mains, il dut froncer les yeux pour distinguer les mots tracés à l'encre bleue.

     

    hostingpics.net

     

    « Voici une liste de notes que j'aimerais que tu transmettes pour moi. J'ai inscrit le nom de chaque personne concernée au début de chaque indication. Ca va, tu parviens à me relire?
    - Oui, je crois que j'y arriverai.
    - Super, alors je te laisse. Essaye d'aller vite : dans dix minutes maximum, il faut que tout le monde soit en place avec tous les détails nécessaires. »

    Sur ces mots, l'assistant-réalisateur s'envola sans que Milo puisse lui évoquer une objection qui avait son importance : s'il savait relire les noms inscrits sur le papier, il n'a aucune idée de qui était leur propriétaire respectif. Comment allait-il s'en sortir? Il se voyait mal interrompre les techniciens à chaque nouvelle consigne et encore moins hurler les noms à haute voix dans l'espoir que ceux qui se reconnaîtraient réagissent. En parcourant des yeux la salle de long en large, une solution s'offrit à lui : Morgane. Elle était seule du côté des loges et comme d'habitude elle semblait être la seule épargnée par l'état de panique général. C'est en grandes enjambées que Milo rejoignit sa sauveuse.

    « Salut Morgane, commença-t-il en essayant de cacher son embêtement.
    - « Re-salut » corrigea la jeune femme. Qu'est-ce que je peux faire pour toi? »

    Décontenancé, Milo eut un petit moment d'hésitation.

    « Pourquoi crois-tu que je viens te voir uniquement pour te demander un service?
    - Ce n'est pas le cas peut-être? Répliqua Morgane sans se défaire de son assurance.

     

    hostingpics.net

     

    - Bon ok, j'avoue que c'est vrai... Mais pas seulement! Se reprit-il pour ne pas paraître impoli. J'aime beaucoup ta compagnie même si tu as lâchement soutiré mon numéro de téléphone à quelqu'un sans me mettre au courant.
    - Et le plus horrible dans tout ça, c‘est que je n‘ai aucun remord, confessa la belle brune d‘un large sourire. Alors quel est ton problème? »

    Milo la mit au courant de la mission qui lui avait été confiée et Morgane se fit un plaisir secret de l'aider. Après s'être emparée de la feuille de Jerry, elle se mit à explorer chaque recoin du studio d'un pas rapide mais néanmoins gracieux avec son beau brun ténébreux sur les talons. Ce dernier avait d'ailleurs du mal à suivre le rythme. Morgane était conditionnée par le travail au studio comme tous les autres techniciens. La devise de la maison c'était « marche ou crève » et Milo allait devoir s'y plier, que cela lui plu ou non.
    Un technicien. Puis deux, puis trois... Tout s'enchaînait à une vitesse telle que le jeune homme avait déjà oublié la plupart des prénoms de ceux qu'il avait informés. De plus, le brouhaha ambiant qui ne désamplifiait pas commençait à lui causer une sacrée migraine. Quand sa complice s'arrêta enfin, il eut l'impression d'avoir couru un marathon comme en témoignaient sa respiration saccadée et ses mollets douloureux.

     

    hostingpics.net

     

    « Bon voilà, conclut la demoiselle en rendant son papier à Milo. Si tu n'as plus besoin de mes services, je retourne à mes costumes.
    - Merci beaucoup Morgane, tu m'as sauvé la vie... Hé mais attends : il reste une dernière note que tu n'as pas cochée!
    - Tu n'auras pas besoin de mon aide pour celle-ci... » déclara-t-elle, mystérieuse, avant de disparaître.

    Milo examina plus attentivement les notes de l'assistant-réalisateur et son cœur eu un raté : cette ultime consigne était adressée à Jude Carter.

     


    votre commentaire
  • Le jeune homme tenait l’occasion idéale pour arranger une nouvelle confrontation. Il était excité comme un gamin et s’empressa de partir à la recherche de la belle actrice. Il ne savait pas vraiment ce qu’il pourrait lui dire et il n’avait pas envie d’y songer; il souhaitait être sincère et que la conversation se fasse naturellement. Cette fille se moquait des politesses louangeuses qu’on pouvait déblatérer à longueur de journée pour flatter sa beauté et son égo; Milo l’imaginait bien plus profonde, plus intéressante que ça et ceci lui donnait encore plus envie de créer un lien.

    Mais les secondes et les minutes s’écoulèrent sans que le beau brun ne retrouve la trace de Jude. Pas du côté des costumes/maquillage, pas sur le plateau, pas en compagnie des autres acteurs… Milo essayait de réfléchir aux endroits qu’il n’avait pas encore exploré, mais c’était un exercice difficile à cause du bruit continu et surtout à cause d’un imbécile qui s’était mis à chantonner des airs de reggae et d‘une fille qui lui hurlait d‘arrêter… Jude Carter avait littéralement disparu et Milo semblait être le seul à s’en soucier.

     

    hostingpics.net

     

    Soit ils savaient tous où elle se cachait et ceci expliquerait leur indifférence, soit ils étaient trop occupés par les détails matériels qui se multipliaient pour avoir le temps de prendre des nouvelles de leur actrice vedette. Dans tous les cas, Milo réalisa qu’il y en aurait bien peu parmi eux sur lesquels il pourrait compter le moment venu… Mais pour l’instant, le souci était toujours le même.

    « Où est-elle? Se demanda-t-il encore une fois. Si je ne lui transmets pas les infos rapidement, je vais avoir des problèmes… »

    Au fond, il ne se souciait plus tellement de sa mission du jour; il avait juste envie de la voir. Malheureusement, il semblait que les éléments jouaient contre lui et qu’il devrait remettre cette entrevue à un autre jour. Encore. Quelque peu déçu, le jeune homme prit la direction de la sortie, histoire de faire une pause d’aller consulter ses éventuels nouveaux SMS et de retrouver un peu de silence et de calme.

     

    hostingpics.net

     

    Il eut juste le temps d’entrouvrir la porte avant que la lumière ne lui brûle les yeux. Il avait appris à vivre au milieu de l’obscurité et des éclairages artificiels, et maintenant l’apparition brutale du soleil lui donnait l’impression qu’un flash d’appareil-photo s’était déclenché à quelques millimètres de son visage. Littéralement aveuglé, il se dirigea au hasard en cherchant à tâtons un mur ou un arbre où il pourrait attendre que ses yeux s’adaptent. Etant seul, il ne risquait pas grand-chose… Du moins c’est ce qu’il croyait avant de rentrer en collision avec quelqu’un.

    « Fais attention!

    - Pardon, je suis désolé! S’excusa-t-il aussitôt en clignant des paupières. Je n’y vois plus rien avec le soleil et je… »

    Ne pouvant plus se fier qu’à ses oreilles, Milo distingua le claquement des talons féminins qui s’éloignaient pour signifier que leur propriétaire n’avait pas grand-chose à faire de son discours.

    « Hé attends! » Cria-t-il en se retournant.

     

    Hebergeur d'image

     

    Au milieu du flou ambiant, il distingua une longue chevelure couleur d’ambre, particulière et familière.

    « Attendez Jude! » Répéta-t-il en se corrigeant.

     


    votre commentaire
  • En quelques foulées, il rattrapa la jeune femme. A en croire l’expression fermée de son visage, elle n’était pas ravie de le voir insister. Mais cela n’arrêta pas Milo : au moins elle le regardait, pas comme à leur première rencontre. Cela représentait déjà une évolution pour lui.

    « Je suis désolé de la façon dont je vous ai abordée la dernière fois, dit-il. Je ne savais qui vous étiez et j’ai été certainement trop familier. Mais si vous ne m’en voulez pas trop, peut-être qu’on pourrait oublier cette histoire et reprendre sur de bonnes bases. »

    Cette proposition eut comme première réponse un silence de mort. Jude, droite et fière, jaugeait Milo sans ciller. Son visage restait indéfiniment bloqué dans cette expression d’indifférence, à tel point que Milo se demanda si elle avait compris le sens de sa phrase. La voir ensuite entrouvrir les lèvres pour articuler quelque chose sembla presque surnaturel.

    « Ca ne m’intéresse pas, déclara-t-elle avant de s’enfuir à nouveau.

    - Pourquoi? » Réagit Milo du tac-au-tac.

     

    Hebergeur d'image

     

    Il revint à son niveau pour insister.

    « Ok je ne suis qu’un pauvre technicien débutant et vous une actrice sur le point de devenir mondialement connue, mais est-ce qu’on ne pourrait pas aller au-delà de ça?

    - Tu m’as fait une proposition et je t’ai répondu « non » et pourtant tu continues de me poursuivre, constata la jeune femme amère. Si tu ne me laisses pas le choix de ma réponse, tu aurais dû dire directement « j’ai décidé que nous serons amis, je tenais juste à ce que tu sois au courant. »

    - Ne le prends pas comme ça, enfin! Répliqua Milo en adoptant soudainement le tutoiement. Tout ce que je voulais te faire comprendre, c’est que je suis là si jamais un jour tu as des problèmes.

    - Mais qui es-tu pour te croire indispensable à ma vie? Explosa Jude furieuse. Tu arrives de nulle part, tu viens me parler sans aucune gêne parce que tu crois que tout t’est dû… Mais redescends sur terre, Superman! »

    La rage qui ressortait de la frêle jeune femme était si puissante que Milo redoutait de recevoir une gifle à tout instant ou un cracha en plein visage. Le minois de porcelaine qui l’avait tant fasciné était enlaidi par la colère et Milo ignorait comment l’apaiser après ce qu’il avait déclenché.

     

    Hebergeur d'image

     

    « Franchement, qu’est-ce que tu espérais? Continua-t-elle pleine de rancœur. Que je me jette sur toi et que je te dise tout ce que j’ai sur le cœur? Que je fonde en larmes et te supplie de venir à mon secours? Mais arrête les films à l’eau de rose! La réalité c’est que tu n’es rien. Tu n’es rien dans ce studio et tu n’es rien pour moi! Et pour que ce soit bien clair : après le numéro que tu viens de me faire, tu es la dernière personne au monde vers qui je me tournerais si j’avais envie de parler de mes problèmes! »

    La claque que Milo attendait n’arriva jamais. Finalement elle aurait peut-être été utile pour lui faire comprendre ce qu’il venait d’arriver mais Jude se contenta de partir, et pour de bon cette fois. Totalement déconnecté, Milo chercha ce qu’il avait bien pu dire pour plonger la demoiselle dans un état pareil. C’était à n’y rien comprendre. Il ne savait plus ou se mettre. Même s’il n’aurait pas dû la bousculer et la provoquer, la réaction de Jude avait été démesurée. Que s’était-il passé dans la tête de cette fille?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique